Accueil     S'inscrire    Comment bien télécharger?    Ajouter un article    Liste de A à Z    Nous contacter

Tout savoir sur la concols DS
Foire Aux Question (F.A.Q)

 

Pseudo


Mot de passe



Tous les Styles de jeux
Action/Aventure

   Action à la première personne
   Aventure
   Combat
   Plates-formes
   RPG
Casse-tête
Educatif
Fête
Lifestyle

   Animaux
   Cuisine
   Langues
   Musique
   Santé & forme physique
Simulation
Sports

   Autres sports
   Basket-ball
   Boxe
   Extrême
   Football
   Golf
   Pilotage
   Tennis
Stratégie 
Liste [A-Z]

 

DS, DS Lite et DSi. Trois versions d'une même console en quatre ans. Si les délais se sont quelque peu resserrés, la stratégie reste la même depuis la GameBoy puis la GameBoy Advance. La première a connu deux renaissances avec les versions Color et Pocket, tandis que la seconde s'est faite plus discrète sous les jolis atours des modèles SP et Micro. A chaque fois (ou presque) le même hardware rendu à nouveau attractif par quelques petites trouvailles, entre véritables améliorations matérielles (rétro-éclairage, meilleurs son et luminosité, etc.) et relooking plus sexy.

Toutefois, avec la DSi, jamais un modèle ne s'était à ce point rapproché du précédent, posant inévitablement la question de la pertinence d'un investissement tout de même chiffré à 170 euros. C'est pourquoi la Rédaction s'est mise en tête de répondre à la question que vous vous posez certainement : innovation ou recyclage ?


Nintendo DSi : DS innovante ou DS inutile ?


Console Nintendo DSiau premier abord, difficile de distinguer la DSi d'une DS Lite. Même design épuré, taille sensiblement équivalente à un demi-centimètre près, poids approximativement similaire, bref on voit déjà poindre les inévitables méprises et réclamations de clients qui s'en suivent aux comptoirs des boutiques. Quant au joueur un peu mieux renseigné, il constatera au premier coup d'œil quelques changements significatifs : l'apparition d'un objectif en façade et une finition un poil plus sobre due à l'utilisation d'un plastique opaque. Finie la brillance un rien glossy de la DS Lite et bonjour les traces de doigts persistantes (en particulier sur le modèle blanc).

Mais les distinctions les plus remarquables n'apparaissent qu'une fois l'objet en mains. L'extérieur de la console présente déjà quelques indices des réaménagements apportés au hardware. Là où se situait autrefois la touche de démarrage siège désormais un port pour carte SD. Disparition également du slot GBA au profit de ... rien du tout. Voilà qui clôt la destinée de titres tels que Guital Hero : On Tour ou Arkanoid et permet accessoirement au constructeur d'endiguer partiellement l'utilisation des cartouches de piratage (remplacées depuis un certain déjà par des cartouches DS).


En ouvrant la console, on constate la présence d'un second objectif placé entre les deux écrans à gauche du micro. Les speakers se font plus discrets, la pavés de boutons moins proéminent et la partie basse accueille désormais la touche de démarrage. L'augmentation de la taille des deux écrans de 3 à 3,25 pouces ne saute pas aux yeux et il faudra juxtaposer DS et DSi pour s'apercevoir du changement. Enfin, pour clore cette petite entrée en matière consacrée à l'ergonomie, il faut tout de même noter que les boutons de tranches se distinguent beaucoup plus de la coque tandis que la croix directionnelle s'avère plus agréable à l'usage grâce à une course mieux segmentée - un petit clic marque chaque direction.

« A l'instar de l'iPhone, la Nintendo DSi se profile donc comme une machine flexible »
Une pression sur le minuscule bouton power et l'on comprend alors que le plus gros du travail a porté sur l'interface et les nouvelles fonctionnalités software de la console. Le menu tout en sobriété accueillant l'utilisateur n'est pas sans rappeler celui de la Wii. Nintendo a en effet prévu une longue file de slots vierges prêt à accueillir tout un tas de jeux et applications dès l'ouverture de la boutique DSiware. A l'instar de l'iPhone, la Nintendo DSi se profile donc comme une machine flexible. Reste à savoir si, comme Apple, Nintendo se montrera réfractaire à l'arrivée de logiciels dits homebrew sur son support. Sans faire dans la divination, il y a fort à parier que la firme affirme ici encore sa politique protectionniste à l'égard de son matériel.


Au premier lancement, la DSi ne compte que deux fonctionnalités natives : l'appareil photo et le studio son. Comme son nom l'indique, le premier permet à l'utilisateur de prendre ses propres clichés grâce aux deux objectifs présents à l'intérieur et à l'extérieur de la console. Pratique se dit-on dans un premier temps. Mais après quelques photos, les spécificités bas de gamme de l'appareil jettent un froid. La résolution de 640x480 et l'objectif de 300 000 pixels ne concourent pas à produire des images de bonne qualité. De plus, nous avons constaté quelques problèmes de tracking de visage lorsque la luminosité n'est pas du goût de mademoiselle. Alors à quoi bon ? C'est que la DSi ne se destine pas aux technophiles blasés et réfractaires à l'émerveillement plébéien que nous sommes. Son appareil photo est un peu l'équivalent portable des purikura japonais.

« Distorsions, cadres, coloriage et autres possibilités d'édition graphique en temps réel viennent égayer la prise de clichés »

Cette application propose en effet une petite gamme d'effets permettant de réaliser de sympathiques compositions en deux temps trois mouvements. Distorsions, cadres, coloriage et autres possibilités d'édition graphique en temps réel viennent égayer la prise de clichés. Libre ensuite à qui le souhaite d'appliquer d'autres effets une fois la photo enregistrée. Si l'on a vite fait le tour du répertoire d'effets disponibles, nul doute que Nintendo proposera par la suite de l'enrichir via du contenu téléchargeable.


Du côté des possibilités d'édition, l'application propose quelques effets amusants. Modification de vitesse et de fréquence, filtres (radio, instrumental, écho et réorchestration façon 8-bit malheureusement très aléatoire), sonothèque de bruitages rigolos et possibilité d'utiliser un panel de dix-huit enregistrements courts (10 secondes) réalisés par l'utilisateur. Malheureusement, hormis les bruitages assignés aux touches L et R, il est impossible d'utiliser plusieurs effets en même temps. Impossible également d'enregistrer son mixage. Bref, comme nous le sous-entendions un peu plus haut, cela fait un peu léger pour mériter l'appellation de « studio ». Une application qui se limitera donc à une utilisation purement récréative de temps à autre.

Enfin, le studio son peut également s'improviser lecteur audio grâce à quelques fonctionnalités communes à tout baladeur qui se respecte : lecture aléatoire, répétition d'une ou plusieurs pistes et playlist de ses morceaux favoris. Cependant cela reste bien maigre en comparaison de ce que propose tout lecteur standard, d'autant que la fonction playlist ne permet de compiler que dix musiques. Et avouez qu'ouvrir sa console dès que l'on souhaite changer de piste ou modifier ses favoris peut s'avérer vite lourdingue.

Pour terminer, parlons des jeux, puisque c'est aussi un peu de cela qu'il s'agit. Pour l'heure la boutique DSiWare est encore close mais les premiers titres devraient être disponibles dès la sortie de la console en magasin. Cinq soft devraient nous êtres proposés : Pyoro, Wario Ware Snapped !, Art Style : Code, Art Style : Aquite et Paper Plane. Chaque
jeu sera commercialisé contre quelques centaines de points sachant que le taux de change est fixé à 1 euro les cent points. Mon petit doigt me dit que l'on peut également s'attendre à voir débouler des jeux GBA maintenant que le port est fermé. Mais cela reste une simple spéculation. Quant aux jeux DS, ils peuvent désormais profiter de deux écrans plus lumineux et d'un bien meilleur son. Il est aussi - enfin - possible de retourner au menu de démarrage de la console en pleine partie par une simple pression de la touche power. Enfin, les jeux japonais et américains sont toujours pris en charge, la console n'a donc pas été zonée. Rappelons que Nintendo prévoit en revanche de zoner les futurs titres DSi.

Mise à jour: Ca y est là boutique DSiWare est désormais ouverte. Vous pourrez y dégotter les cinq titres évoqués plus haut pour des tarifs allant de 200 à 500 points. Quand au navigateur internet, son téléchargement est offert . L'application nécessite 91 blocs disponibles (sur un peu plus de 1000) sachant que le jeu le plus lourd, Wario Ware Snaped !, pèse quant à lui 77 blocs pour 12 et 13 blocs pour les titres les plus modestes (Papier Volant et Pyroro). Une première mise à jour vous sera proposée à la première connexion et un petit pécule de 1000 points vous sera offert. A noter enfin que la boutique DSiWare gère le contrôle parental.

source : www.jeuxvideo.fr par Virgile / Damien